Issigeac

par patelis  -  17 Mai 2013, 18:33  -  #Vacances, WE

Issigeac
Issigeac, cité médiévale,

Progressivement construites autour d’un monastère bénédictin, les étroites ruelles s’enroulent comme une coquille d’escargot, bordées de maisons de pierres ( XIIIème et XIVème siècle.) ou de maisons à pans de bois (XVème – XVIème siècle), espacées souvent de placettes ombragées offrant chacune une fontaine. Des remparts construits au XIIIème siècle lui confèrent définitivement sa forme ronde.

Naissance à l’époque des silex...
Contrairement aux Bastides, villes nouvelles du XIIIème s., son histoire remonte à la nuit des temps. Outre les silex taillés et des pointes de flèches, témoignages de la présence humaine dès la préhistoire, on a retrouvé lors de travaux d’assainissement en 1994, une villa Gallo-romaine du IVème siècle et des sarcophages Mérovingiens datés du VIème s. .
Le propriétaire de la villa SEDIUS a donné son nom au village : « SEDIACUM », la propriété de Sédius. Ce nom sera décliné en ISSIGIACUM, SIGIACENSE, EYSSIGEAC au fil des siècles pour finalement aboutir à ISSIGEAC au XVIIème.

Un monastère s’installe...
Le moine Cibar aurait fondé en 557, le premier monastère « MONASTERIUM SEDIACUM » et plus tard, vers le XIIème siècle, un prieuré fut construit et placé sous la protection de l’Abbaye Bénédictine de Sarlat, la plus importante du Périgord méridional. De ce fait, en 1153, lorsque le Pape Eugène III stipule par l’envoi d’une Bulle Express les privilèges et possessions de celle-ci, Issigeac bénéficie de la protection papale.

Issigeac s’étend en dehors de ses murs...
Issigeac se distingue alors par son seigneur Doyen, prieur du monastère et Seigneur du
village, et ses Coutumes écrites en 1298, ensemble de règles de vie devenues par modus vivendi des lois. Grenier à blé du Périgord, le bourg est prospère les hommes y sont francs, la vie agréable à l’abri des remparts construits au XIIIème s. sous la protection du roi d’Angleterre Edouart 1er.

Mais sa prospérité attire les convoitises. En 1300, il est attaqué par Renaud IV de Pons, Seigneur de Bergerac , et porté à l’actif de L’abbaye de Sarlat lorsqu’en 1317, le Pape Jean XXII la transforme en l’Evêché.

La guerre de 100 ans éclate et en 1437, Issigeac tombe sous l’obédience du Roi de France Charles VII. L’essor économique reprend peu à peu et en 1527, l’Evêque Armand de Gontaut Biron fait ériger une imposante église de style gothique tardif qui aura nécessité 40 ans de construction. Les guerres de religion l’endommageront presque aussitôt car Issigeac fut l’un des plus ardents foyers de la réforme.

En 1660, François II de Salignac Evêque de Sarlat, oncle de Fénélon auteur de Télémaque, fait construire son château, l’actuel Palais des Evêques.

 
Aujourd’hui, Issigeac une ville-village...
 
Nota: texte emprunté sur le site de la ville d'Issigeac.
http://web.lerelaisinternet.com/issigeac/spip.php?rubrique1
 
Lien vers l'album photos.

http://www.flickr.com/photos/81424728@N07/sets/72157633519066322/